Les Flammes Du Phenix

Dialogue royaumes.net
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 De l'arrivée des Hommes en Akêa

Aller en bas 
AuteurMessage
Argawaen
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 237
Localisation : Pau
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: De l'arrivée des Hommes en Akêa   Ven 27 Juil à 12:36

Au début je voulais écrire un livre, style Silmarillion de Tolkien, mais je me suis vite rendu compte que mon style d'écriture avait plus le niveau d'un bon rp que d'un roman de Tolkien. Voici ce que j'écris, je mettrai des édits de temps en temps séparés d'un / du reste pour que vous puissiez voir d'où ça part. Vous pourrez mettre des commentaires autant que vous voudrez puisque j'édite mes réponses continuellement. Dites moi si ça fait trop Tolkien, si c'est trop lourd à lire, etc...Merci d'avance.

C'est un rp qui raconte la création du monde selon les hommes, donc leur mythologie, leurs dieux, etc... et l'arrivée des hommes éxilés de chez eux (les Mortels, les Maudits, etc...) dans les terres d'Akêa où vivent six races immortelles dans la Grande Paix, et toutes les histoires, guerres, etc qui en découleront. Mon but était de faire un roman au départ mais comme je ne trouvais pas de monde ni d'histoire complètement inventé sans qu'il y ait des foutues ressemblances avec Tolkien je pars du tout début pour raconter l'histoire du monde dans lequel j'écrirai mon livre. Peut-être que ce n'est pas agréable à lire, ou pas très intéressant mais c'est fait à l'origine pour moi, pour faire une histoire. Bon, je me répète. Voilà, bonne lecture...
PS:si vous voulez le replacer dans le contexte de Royaumes dites vous qu'Akêa est Teliarok et que les Humains sont mon peuple et qu'on débarque sur l'île et que c'est le début de mon royaume...


Dernière édition par le Dim 29 Juil à 13:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 237
Localisation : Pau
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: De la création du monde selon les hommes   Ven 27 Juil à 12:41

LA CREATION DU MONDE SELON LES HOMMES

Au tout commencement, il y avait le Dieu Eä et la Déesse Äe qui régnaient sur le Vide originel. Ils étaient en tous points opposés. Eä le mâle, Äe la femelle. Lui la force positive, Elle la négative. Lui symbolisait le jour, elle la nuit. Leurs points de vue étaient toujours contraires et le seraient toujours, sauf sur un point : le Vide ne devait pas rester vide pour l'éternité ; il fallait quelque chose pour le remplir. C'est ce que déclara Äe à Eä. Alors ils décidèrent ensemble de créer l'Univers. Ils allèrent l'un vers l'autre à une vitesse incroyable, et un instant très court ils ne firent qu'une entité. Alors il y eut une grande onde de choc, dont on peut encore voir les traces dans le ciel si on sait comment regarder et de la fusion des deux contraires, des deux opposés naquit la matière pour peupler le vide./
Alors Eä et Äe descendirent dans l'Univers pour l'ordonner de telle manière que la Vie puisse y apparaître. Ils firent une gigantesque boule de feu, Mar, au centre pour illuminer le monde. Avec la matière dure, ils créerent la Terre, la première planète, celle où la Vie devait apparaître. Elle tenait dans le Vide sans tomber car elle était attirée par la force de Mar, qui était trois cents milliers de fois plus imposante, et autour de laquelle elle tournait. Comme la Terre déviait de son orbite, ils créerent trois planètes plus petites, Dran, Arkan et Arn, qui devaient la corriger. Puis ils se reposèrent sept jours car ils étaient fatigués de tout ce qu'ils avaient fait. Le huitième, ils créerent par la pensée les Wierdans, leurs serviteurs, pour qu'ils transforment le chaos primitif de la Terre à leur manière pour qu'apparaisse la Vie en utilisant leurs capacités respectives. Ils étaient six : trois créés par Eä et trois par Äe. "Allez, faites un monde dont vous serez fiers et où règneront l'ordre et la paix." déclarèrent les deux Dieux Originels ensemble et ils allèrent. Ils descendirent sur le chaos de la Terre dans de grands vaisseaux circulaires et s'établirent au /

Il y aura des édits jusqu'à ce qu'il y ait une suite avec le reste. Je le mets avant l'arrivée des hommes en Akêa parce que logiquement c'est sensé être avant... Mais bon je sais pas si je vais le finir parce que c'est vraiment nul, c'est une sorte de support. Des personnages évoqueront la création du monde des fois en disant des passages de ce que j'ai écrit ci-dessus de temps en temps mais ce sera jamais mis texto rassurez-vous!!


Dernière édition par le Mar 31 Juil à 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 237
Localisation : Pau
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: De l'arrivée des Hommes en Akêa   Ven 27 Juil à 12:42

L'ARRIVEE DES HOMMES EN AKÊA
Les Humains débarquèrent en Akêa dès la Première Ere, lors de la Grande Paix, à laquelle ils mirent un terme contre leur volonté première. Ce fut l'une des raisons pour lesquelles ils sont communément mal-aimés par les races originaires d'Akêa, auxquelles ils sont pourtant apparentés, leur affiliation venant d'il y a très longtemps. Personne en Akêa, même les plus vieux et les plus sages ne se souviennent de ces moments car aucun document n'en parle. Par contre, les documents se relatant aux Maudits (c'est le nom des Humains chez les Antelwë, le Vieux Peuple, ou encore les Vieilles Gens) ne manquent pas à la Bibliothèque d'Yaquanza, leur capitale, là où ils débarquèrent ou chez certains parmi les Grandes Personnes qui sont de cette époque comme Eadreth ou encore dans la Cité Cachée de Styx. En voici quelques extraits ici parlant de leur arrivée infortune.

Les Humains arrivèrent par la Mer au Sud d'Akêa à l'époque des fêtes du Printemps en 1500, c'est-à-dire la moitié de cette Ere, dans de grands bateaux de bois, espérant trouver une terre où prospérer car ils avaient quitté la leur dans le grand sud il y a bien longtemps et avaient erré de longues périodes sur l'eau, perdant plus de la moitié des leurs. Personne ne sait aujourd'hui pourquoi ils étaient partis de chez eux car ils n'avaient point pour habitude au départ de mettre sur écrit leur histoire et leur savoir, ce qui fut bien dommage. De toute manière ils voulaient repartir à zéro et ne parlèrent jamais de leur passé peut-être pour peur qu'on les juge. Certains très versés dans l'histoire d'Akêa disent qu'ils avaient trahis les leurs et qu'ils étaient des exilés de leur terre natale, condamnés à trouver un nouvel endroit pour s'établir. C'est sûrement la version la plus probable, bien qu'on ne sache pas exactement la vérité.
C'étaient des êtres rudimentaires à leurs débuts, d’imposante stature (1m75 à 2m), pour la plupart de simples cultivateurs, pêcheurs, et il y avait quelques soldats aussi dans les "exilés". Ils aimaient la fête, le vin, les banquets, et en faisaient régulièrement en l’honneur de leurs deux divinités principales :Eä, le Dieu du Jour, et Äe, la Déesse de la Nuit. Ils faisaient des sacrifices d’animaux régulièrement, avant de partir en guerre, aux solstices également, et en général avant toute décision importante. Ils jouaient peu de musique (surtout de la harpe), n’étant généralement pas de grands artistes. C’était par contre de grands navigateurs. En ce domaine ils étaient assurément les meilleurs de toutes les races connues. De plus, ils possédaient une grande soif de connaissances, et savaient détourner à leurs desseins ce qu’ils découvraient pour devenir meilleurs. Mais leur plus grand fléau qui causa leur plus grande perte tout au long de leur histoire vient de leur ambition :la corruption. Leurs coeurs étaient aisément corruptibles d’autant plus qu’ils étaient mortels et avaient une crainte ancestrale de la mort, de quitter leurs proches. C’étaient des êtres éphémères, leurs jours se comptant en dizaines d’années. Personne ne sait quel sort leur était réservé après la mort car aucun d’eux n’y échappa et aucun d’eux n’en revint. En cela ils différaient aux natifs d’Akeâ car eux ne connaissaient pas la Mort.
Les Mortels utilisaient un parler proche de l’Akéen, la Langue Universelle d’Akeâ. Ils l’appelaient l’Andrakéen (ils nommaient leur terre d’origine Andrak). Il ressemblait beaucoup à l’Akéen par diverses détails, comme les tournures de phrases, les conjugaisons, quelques prononciations de syllabes et certains mots avaient une racine très proche. Ainsi, les habitants d’Akêa n’eurent aucun mal à communiquer avec eux à leur arrivée./
Le chef des exilés était Manalë, de la Maison du même nom. C'était un homme très grand, beaucoup plus que la moyenne, et qui avait dépassé de beaucoup d'années l'espérance de vie normale d'un humain (cents années pour les plus vieux). Il avait deux fils jumeaux:Mandrë et Alèan, qui étaient eux aussi très grands. Leur mère était Erwë. /On en sait très peu sur elle, sauf qu'elle accompagnait ses fils sur le même bâteau qu'eux.
La nouvelle que tout le monde attendait arriva un énième jour d'errance et de désespoir car il ne restait de nourriture que pour une semaine par rapport au nombre d'hommes et qu'on avait décidé d'en tuer la moitié pour/ sauver l'autre (on avait trouvé des volontaires au suicide sans mal): la vigie du bâtiment de Manalë _ le plus avancé, donc celui qui était le mieux placé_ cria : "Terre, terre!!" au moment où on allait envoyer les malheureux à l'eau. La nouvelle se répandit sur tous les bâteaux à la vitesse éclair. Les femmes et les enfants des Mortels sortirent pour voir eux-mêmes la terre promise, et ils purent apercevoir une petite ligne sombre au loin dans l'horizon. Ce que la vigie avait vu était en fait l'Île de Râ qui se trouvait à une trentaine de kilomètres du vrai continent d'Akêa. C'était une petite île abandonnée depuis longtemps par les Akéens recouverte de forêts. Elle était au nord-ouest de leur position et ils passèrent à côté en l'ignorant car ils crurent qu'elle était toute petite, mais en réalité elle était bien plus grande qu'ils ne le croyaient. Et alors qu'ils la dépassaient et la laissaient sur leur gauche, ils virent la vraie Akêa. Et cette vision les émerveilla : les Falaises de Nacre, qui constituent toute la côte sud d'Akêa, illuminées par le soleil... / Elles étaient de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, et les couleurs changeaient quand on bougeait de point de vue. Les Humains, éblouis par cette vision, la décrirent plus ou moins véritablement dans de nombreux poèmes tout au long de leur histoire. Elles faisaient jusqu'à sept cents mètres de hauteur et mesuraient six cents kilomètres de long. Elles étaient parfaites : lisses comme un mur et d'une hauteur égale sur toute leur longueur. Tellement qu'elles semblaient avoir été façonnées par la magie... Mais il y avait une faille dans les Falaises de Nacre, une porte d'entrée vers le continent d'Akêa:l'embouchure du fleuve Andur. C'est par là que les Hommes entrèrent dans le continent. Ils arrivèrent à la faille au matin du jour suivant. Elle était si étroite qu'ils ne purent passer qu'à cinq bâteaux de front. Ils remontèrent ainsi l'Andur sur quelques kilomètres et...


Voilà, des édits seront mis au fur-et-à mesure que je le recopie du papier parce que je préfère écrire à la main c'est mieux !!! Pour chaque chapitre suivant, je ferai une réponse, pour que ça donne une impression de moins long, et pour qu'on puisse voir qu'il y a des nouveautés à partir de l'index lol...
C'est une sorte d'intro pour la suite, que j'ai déjà sous forme de scénario. Ce sera très long, il y aura plusieurs pages sur ce post si je le finis...
La prochaine étape pour le moment sera d'étoffer un peu ce chapitre car en le relisant je me rends compte que c'est un peu léger... Je suis presque arrivé à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 237
Localisation : Pau
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: De l'arrivée des Hommes en Akêa   Dim 12 Aoû à 19:28

L'ÎLE DE RÂ ET L'ACCOMPLISSEMENT DE LA PROPHETIE
Ce texte parle de la création du royaume des Hommes sur l'Île de Râ donnée par les Akéens aux Hommes, de la suite de l'histoire d'amour entre Manalë et Aëwyna (princesse des Akéens) va aboutir à une guerre entre les Hommes et les originaires d'Akêa et comment les Mortels jusqu'au dernier, même s'ils réussirent à s'échapper dans la nature pendant quelques générations, finirent en esclavage dans les Mines d'Iktar jusqu'au livre proprement dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Argawaen
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 237
Localisation : Pau
Date d'inscription : 14/09/2005

MessageSujet: Re: De l'arrivée des Hommes en Akêa   Dim 12 Aoû à 20:03

LE LIVRE PROPREMENT DIT

Chapitre 1:
Une cellule carrée taillée à même grossièrement à même la pierre. Quatre mètres sur trois de taille. C'est la treizième du dernier niveau_c'est-à-dire le dixième_ où sont logés les esclaves humains de la Mine. La petite pièce est presque vide (on ne prend guère soin des créatures humaines dans la Mine, elles sont trop basses pour mériter le respect) :juste un trou au fond à gauche pour les besoins naturels d'où s'échappe une odeur nauséabonde qui a envahi tout l'espace de la cellule et une paillasse rudimentaire posée à même le sol _ le strict minimum assurant la survie de l'esclave humain) sur laquelle gît un corps humain presque nu.
L'humain est un garçon. Il est uniquement vêtu d'un pagne sâle fait d'un tissu grossier qui protège son intimité. Son dos nu _il est étendu sur le ventre_ est en sang. Il y a un M noir gravé entre ses omoplates. Il est entouré d'un fin cercle de la même couleur. Ce symbole est la raison des tortures qu'il a subies. Car le garçon _il se nomme Eiwel_ est le dernier représentant de la Maison de Manalë, l'ancienne Maison régnant sur les Humains avant qu'ils ne soient en esclavage, et il paye _ainsi que le reste de son peuple_ pour les anciens pêchés /de Manalë, qui par soi-disant son ambition et sa stupidité (chronique bien sûr aux humains) avait provoqué de nombreuses guerres et beaucoup de malheurs. Donc pour pas que ça ne se reproduise, les Humains étaient élevés sans contact avec Akêa dans des fermes humaines isolées du reste du monde pour que l'abomination reste secrète. Ils travaillaient sur des chantiers colossaux toute leur vie, et jamais ne devaient être mis au courant de ce qui se passait hors du monde, ni même qu'il y avait un "hors du monde", car sinon ils auraient envie de sortir des fermes et causeraient encore des ennuis.
Tout ceci était la vérité telle qu'Eiwel la connaissait de par sa mère, Erwë. En ça il différait des autres esclaves, car lui "savait", et ça lui donnait une très forte envie de sortir de là, et augmentait sa volonté.
J'inscrirai la suite que j'ai déjà demain. Merci, bonne lecture!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'arrivée des Hommes en Akêa   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'arrivée des Hommes en Akêa
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» des Batailles et des Hommes : Fontenoy est arrivé !
» [RP]L'arrivée
» Arrivée précipitée
» Vente hommes-lézards et autres
» l'arrivée des prophete charnel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Flammes Du Phenix :: Histoire, aventure-
Sauter vers: